Les serpents de la Hunter Valley

J’ai publié cet essai photographique pour la première fois en 2012 sur le site « Les Trains qui passent ». Cette version contient des éléments nouveaux sur le contexte des prises de vue.

Le contexte géographique

J’ai découvert les trains de charbon de la Hunter Valley lors de ma première visite en Australie en 2007. Cette zone se situe au nord de la ville de Sydney, à deux heures de voiture, et s’étend le long des rives de la rivière Hunter. Les touristes y viennent surtout pour son vignoble et les confortables infrastructures hôtelières.

Le chemin de fer est arrivé dans la région lors de la réalisation de la liaison Sydney — Brisbane. De nos jours, l’expansion des gisements de charbon à ciel ouvert alimente un important trafic ferroviaire. L’observation de la carte ci-dessous donne une idée de l’abondance des industries minières dans ce secteur.

Vue d'ensemble des installations ferroviaires et minières de la Hunter Valley.

Les images de cet essai datent de 2007 et 2010. Les infrastructures ont évolué depuis avec l’addition d’une troisième voie entre Muswellbrook et Maitland. Cette transformation s’explique par la forte augmentation du nombre de trains afin de répondre à la demande de charbon des entreprises chinoises. Les critiques de cette progression ne manquent pas et les activistes bloquent régulièrement le trafic pour attirer l’attention du public.

Esthétique de répétition

L’esthétique de ces convois miniers m’a tout de suite séduit. Avec le même modèle de wagon-tombereau, ils ont une démarche de serpent. À la différence de leurs cousins américains, les trains de charbon australiens ont une taille « raisonnable » qui permet de les apprécier dans leur ensemble.

Avec le même modèle de wagon-tombereau, ils ont une démarche de serpent.

J’ai insisté sur le côté reptilien des rames dans cet essai. Les vues d’ensemble dominent. Mais j’ai également voulu mettre en valeur les formes géométriques du matériel. Les wagons récents possèdent des arêtes aiguës qui tranchent avec les contours incertains de la végétation. Ce thème se retrouve dans beaucoup de mes travaux.

Un train chargé se joue de la lumière de la fin de journée dans un décor typiquement australien.
Cette vue permet d'apprécier les installations minières de Mt Thorley, près de Singleton.

Ces deux clichés illustrent bien le concept de différence « artificiel vs naturel ». Le train semble résulter de calculs mathématiques « newtoniens ». Nous y reconnaissons des formes simples : lignes, angles aigus répétés ou des courbes aux apparences de paraboles. Les éléments naturels (végétation et nuages) paraissent flous et aléatoires. Leurs rugosités contrastent avec l’aspect lisse des convois.

Le choix du traitement monochrome s’explique par ma volonté de ne pas distraire votre regard des éléments de base qui composent une image. Certains logos ou livrées de locomotives s’avèrent très colorés et attirent l’œil immanquablement !

Je vous laisse maintenant découvrir les quinze vues qui constituent cet essai. Comme d’habitude, vos commentaires sont les bienvenus !

Itinéraires CréatifsMonochrome

AustraliecharbonClass 90coalGT46CWMHunter ValleynoirblancNSWphotographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.